Pages

mercredi

Je fais mon compost et vous ?

D'où l'idée de faire son compost ...

- c'est une pratique respectueuse de l'environnement " Ce qui vient de la terre, retourne à la terre"
- pour fertiliser son jardin gratuitement avec un engrais de qualité qui renforce mes arbustes et limite les maladies
- diminuer le volume de déchets verts (et c'est nécessaire vue la taille des poubelles vertes en constante diminution, les projets en cours de ne plus ramasser les déchets verts et encombrants, ...) à évacuer

Oui, mais comment ?


Il est nécessaire de connaitre 2 choses importantes :


1. Ce qui est "compostable"


Sachez que la mairie de Villeneuve d’Ascq réalise régulièrement des ateliers de formation gratuite à la ferme du Héron (renseignement au 03 20 43 19 50). Elles sont pédagogiques, interactives et concrètes.

Les principes de base sont les suivants :

a. de tout un peu

Les matières “brunes” : feuilles mortes, brindilles sèches, branches broyées, copeaux de bois et sciure, écorce, paille… Sèches et dures, elles sont riches en lignine et en cellulose, substances carbonées qui fournissent le plus d’humus stable. Utilisées seules, elles se décomposent lentement car elles manquent d’eau et d’azote.

Les matières “vertes”déchets de cuisine et tontes de gazon fraîches. À l’inverse des matières brunes, elles sont humides, molles et contiennent beaucoup de substances rapidement fermentescibles. Elles sont riches en sels minéraux et en azote, mais leur rendement en humus est faible.
Pour obtenir un bon dosage carbone/azote et maintenir une bonne aération du compost, il faut donc à peu près moitié matières vertes, moitié matières brunes.
Réduire les déchets en petits morceaux permet un mélange plus aisé, une réduction des volumes et surtout une attaque plus rapide par les micro-organismes décomposeurs. Le compost sera plus facile à récupérer en fin de décomposition et ne nécessitera pas d’être tamisé.
Conseil pratique :
- au fur et à mesure de vos tailles ou ratissages, en particulier à l’automne,, constituez, à côté de votre silo à compost, un tas de matières brunes : coupes d’arbres et de haies, broyas, brindilles sèches, feuilles mortes… Lorsque vous verserez vos déchets de cuisine, vous pourrez aussitôt les recouvrir de ces matières brunes. 
- la première couche doit être composée de matières brunes (mélangées idéalement avec un reste de compost)





b. Aérez et remuez !

Aérer et remuer est essentiel, car les micro-organismes décomposeurs ont besoin d’oxygène. Sans cela, il se produit une fermentation anaérobie, putride, malodorante, qui donne un “ersatz” de compost peu fertile. S’il y a trop de matières vertes, elles se tassent en fermentant, ce qui diminue l’aération. Les mélanger à des matières brunes assez grossières permet de maintenir une porosité suffisante dans le tas. Sinon, vous devrez compenser le tassement en remuant très souvent, voire en retournant le tas plusieurs fois…
À chaque apport, mélangez les nouveaux déchets avec l’apport précédent et avec le compost qui commence à se former en dessous. Ainsi, vous ensemencez les déchets nouveaux avec les micro-organismes et les petits animaux décomposeurs, ce qui accélère leur décomposition.


c. arrosez si nécessaire

Au toucher, vérifiez régulièrement que la masse est suffisamment humide pour permettre une bonne décomposition. Arrosez ou ajoutez des déchets humides si c’est sec. Attention aux excès d’humidité qui favorisent la fermentation anaérobie, source d’odeurs et de prolifération de moucherons. Pour éviter le dessèchement, installez le tas à l’ombre, ou posez un couvercle ou une bâche non étanche en été.

2. le composteur, l'emplacement, la taille


Le compostage peut être mené dans un composteur (ou silo à compost), bien adapté aux petits jardins et aux petits volumes de déchets. En revanche, si vous avez un grand jardin, je ne vous le conseille pas car sa commodité et contenance est faible et son rapport qualité/prix discutable (même si votre participation à l'atelier information à la Ferme du Héron vous donne droit à un bon de réduction de 20 € sur l'achat d'un composteur). Le mieux réside dans des tas. Choisissez plutôt un endroit à l’ombre, pour éviter le dessèchement.
Par expérience, Votre coin compost peut être composé de 4 tas :
- un de stockage des matières brunes (qui viennent à manquer en fin d'été)
- 3 pour les mélanges en fonction de leur durée de maturation
Cela prendra donc quelques 4 m² au sol.

Les puristes et bricoleurs pourront fabriquer eux même un système de silos solidaires simple à base de matériaux peu onéreux.(Cf schéma ci dessus)

Pour ce qui me concerne, et mon coin compost se trouvant bien caché dans le fond de mon jardin, je n'ai pas soigné l'esthétique pour l'instant et c'est à base de récupération de vieille palette que j'ai conçu le mien rapidement et sans effort, à même le sol, avec quelques clous. J’améliorerai les choses quand j'aurai un peu plus de temps.

Maintenant.... à vous de jouer !!!


Si vous avez aimé cet article et aimeriez recevoir les articles dans votre boite email, Souscrire à « Brigode plus simple par Email » en cliquant sur le lien.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire